stress Archives - Frédéric Belley

Tag Archives for " stress "

biais de confirmation

2 moyens de déjouer son propre cerveau!

Merde ! je suis hypocondriaque docteur ! Est-ce que je vais guérir ? C’est sans aucun doute une situation que vous vivez, que vous avez déjà vécue ou que vous avez déjà vue. Fabulation, bulle au cerveau. Pourquoi mon cerveau me joue-t-il des tours ?

Voici un petit récit vécu qui va vous permettre de comprendre ce que je veux dire : un jour en allant à la toilette, je remarque que quelque chose n’est pas normal, l’eau est colorée de rouge. Je deviens tout à coup très inquiet. Je commence à imaginer plein de scénarios catastrophes. Il faut absolument que je me rassure sur la nature de ce qui m’arrive. Cela ne peut pas être aussi grave que je le pense. Laissant ma peur de côté quelques instants, je prends mon courage à deux mains et je consulte mon ami Google. 

Je tape ceci : « Sang dans les selles ». Je scrute attentivement les premiers résultats. Le diagnostic est sans équivoque. J’ai le cancer du côlon. Pendant près d’une heure, je consulte plusieurs dizaines de sites Internet qui disent tous la même chose. En fermant l’ordinateur, je suis complètement démoli. Le pire est arrivé, je suis cancéreux. 

Quelque jours plus tard

Je laisse passer quelques jours pour mieux digérer la nouvelle. Un petit hamster tourne continuellement dans ma tête. Il faut que j’annonce la nouvelle à ma copine. J’espère qu’elle va bien le prendre. N’écoutant que mon courage, je lui dis…

Bon, je sais que ce n’est sûrement pas très cool pour vous, mais le punch est à la fin du texte. Continuez la lecture jusqu’au bout ! Voyons plutôt ce qu’il s’est passé dans ma tête et comment j’aurais pu mieux gérer le tout.

Le biais de confirmation

Merci d’être encore là ! Bon, il faut absolument que je vous explique deux ou trois choses pour comprendre le processus. Sur le site https://psychologenie.com/confirmation-bias-explained-with-examples, on dit que le biais de confirmation est un biais cognitif qui pousse les êtres humains à se concentrer sur des informations qui soutiennent leurs croyances. En négligeant les autres informations, ils laissent de côté les avis qui vont à l’encontre de leurs croyances.

Ce qu’il faut comprendre dans l’exemple que je donne, c’est que j’ai fait une recherche pour confirmer ce que j’avais déjà diagnostiqué au départ. Un cancer. J’ai donné énormément de valeur aux informations qui confirmaient mon hypothèse. J’ai laissé sans le savoir de côté toutes les informations qui auraient pu la contredire.

C’est le psychologue britannique Peter Wason (1924-2003) qui a mené un test sur les hypothèses. Lors de cette expérience, il s’est aperçu que les candidats recherchaient principalement des résultats positifs pour confirmer ce qu’il croyait déjà au départ. Le cerveau choisit donc les informations qui confirment positivement les croyances qu’ils avaient déjà.

Le plus grand des malheurs pour nous, c’est qu’il est très difficile de déjouer le biais de confirmation. Pour y arriver, il faudrait réaliser que notre démarche intellectuelle est erronée. C’est contre nature. Cela reviendrait à réaliser que nous sommes illogiques et irrationnels. Tout à coup, la réalité apparaîtrait, sans doute par magie, pour nous révéler la vérité. 

Voici deux moyens

Dans l’article « Comment avoir moins souvent tort », l’auteur donne deux moyens qui ne sont pas nécessairement faciles à appliquer. C’est un entraînement de tous les jours qui peut vous permettre de vous approcher de la vérité. 

L’article complet se trouve ici : https://revue-progressistes.org/2016/07/02/comment-avoir-moins-souvent-tort-le-biais-de-confirmation-par-nicolas-gauvrit/

Le moyen #1

Il faut éviter de chercher à confirmer nos croyances. Plus facile à dire qu’à faire. Une situation se présente comme l’exemple que je vous ai donné plus haut et vous devez réagir. Que faites-vous ? Voici deux choses qu’il ne faut surtout pas faire.

  1. Il ne faut pas consulter Google. Sur Internet, il y a beaucoup d’informations et vous n’avez pas dans une telle situation la capacité à discriminer les bonnes des mauvaises.
  2. Il faut éviter les forums de discussion sur le sujet. La plupart des personnes sur ces sites ont le même problème que vous. Cela ne va que confirmer votre hypothèse. C’est une très mauvaise idée.   Même si le site est sérieux comme https://www.passeportsante.net, vous n’aurez pas l’objectivité nécessaire.

Si j’agis exactement comme je l’ai fait, il se peut que j’augmente mon anxiété pour un moment. Si vous êtes une personne anxieuse, cela va nécessairement aggraver votre état.

Le moyen #2

Au lieu de chercher à confirmer nos croyances, il faut les tester. Mais qu’est-ce que cela veut dire ? C’est sortir de notre zone de confort et oser valider nos croyances auprès de groupes ou de personnes qui ne partagent pas les mêmes idées que moi. C’est prendre le risque d’être mal reçu, mal compris ou mal interprété. Ce n’est pas un chemin facile, mais il y a plusieurs raisons de chercher ailleurs la validation de ses idées.

La première raison est que vous avez peur de vous faire dire vos quatre vérités. Tout votre système de croyances risque d’être mis à rude épreuve. Ce qui est très paradoxal et très difficile à réaliser, c’est que vous allez devoir être objectif par rapport aux informations nouvelles et objectif par rapport aux informations que vous déteniez au départ. 

Le plus drôle dans tout cela, c’est que jusqu’à maintenant vous avez toujours cru que vous étiez objectif. C’est qu’en cherchant à confirmer votre hypothèse, vous avez sélectionné sans vous en apercevoir les informations qui confirmaient votre croyance de départ. 

La deuxième raison est la peur du rejet. C’est beaucoup plus facile de partager les idées de personnes qui pensent comme nous; ou pour nous de s’ajuster à leur pensée. Il n’y a pas de risque de rejet puisque toutes les personnes du groupe pensent la même chose ou finissent par penser la même chose pour ne pas être rejetées. 

Si dans les personnes ou les groupes d’amis que vous fréquentez, il y a en certains qui osent de temps à autre émettre une idée contraire, soyez assuré qu’une ou des personnes se chargeront de les remettre tout de suite à l’ordre. 

La troisième raison est que notre cerveau n’aime pas être en dissonance cognitive. Dans un article précédent, j’explique un peu pourquoi notre cerveau n’aime pas cela. C’est la recherche constante de tous les systèmes de notre corps qui recherchent l’équilibre (homéostasie). C’est Festinger (1957) qui l’affirme.

Voici la référence de mon article sur le sujet : https://fredericbelley.com/resoudre-ses-conflits-interieurs/

Lorsqu’on attaque nos valeurs, il se peut que l’objectivité en prenne un coup. Dans ce cas particulier, l’individu se referme comme une huître et malheureusement, il n’y a pas beaucoup de chances de pouvoir modifier une croyance.

Fin de ma petite histoire

N’écoutant que mon courage, je lui dis :

« — Écoute chérie, j’ai quelque chose à te dire. Ça fait plusieurs jours que ça me tourne dans la tête. J’ai le cancer du côlon.

Elle me répond : — T’es ben épais ! T’as mangé un pot complet de betteraves ! C’est normal ce qui t’arrive, ça colore les selles. »

Conclusion

Je ne peux pas vous dire comment je me suis senti ridicule. Mon exemple arrive constamment aux personnes hypocondriaques. C’est vraiment intéressant de prendre conscience de ce mécanisme du cerveau. Dans beaucoup de situations de la vie de tous les jours, les êtres humains sont en recherche de la vérité. Il faut juste trouver les bons moyens de déjouer notre cerveau.

Il serait souhaitable qu’un jour l’être humain soit capable de déjouer les biais cognitifs. D’ici là, il faut s’équiper le mieux possible et rester ouvert face aux idées différentes de la nôtre. 

3 façons de mieux contrôler son stress

Qui n’a jamais connu un moment difficile?  Allez, levez la main!  Je ne pense pas qu’on puisse passer à travers une vie complète sans vivre à un moment ou un autre une période plus intense.  Quelqu’un qui vit une situation de stress aura tendance à communiquer difficilement avec son entourage.  Le stress fait malheureusement partie de la vie moderne.  Il faut donc apprendre à mieux contrôler son stress et à reconnaître les signes avant-coureurs.

Les problèmes engendrés par le stress sont parfois multiples et cela peut même affecter votre efficacité au travail, les relations avec vos collègues, les relations familiales, etc. 

Le stress, pour ma part, me ramène toujours cette même image.   Je tiens entre mes mains deux bouts de corde et je lutte avec acharnement pour réunir les deux extrémités.  Chaque nouvel événement me rend vulnérable.  Je deviens irritable et incapable de faire face aux situations inattendues.

Combien de fois par jour entendons-nous des personnes de notre entourage dire que la vie va trop vite, que les journées ne sont pas assez longues ? Il y en a qui sont en état de fatigue extrême ou d’autres qui sont en colère.  Bref, ce sont des personnes qui vivent du stress.

Sur le site passeportsante.net , on affirme que 60 % des consultations chez le médecin seraient attribuables au stress. On trouve dans Internet beaucoup de sites où il est question du stress.

Les études sur les effets du stress à long terme sont de plus en plus précises sur les causes et les conséquences de celui-ci. Il n’a pas de sexe, pas d’âge et pas de niveau social. À long terme, il devient un problème inquiétant et ses effets sur la santé sont très sérieux.

Il y a quelques années, je me suis aussi aperçu que je ne faisais pas très bien la différence entre le stress, l’anxiété et l’angoisse. Je ne suis pas seul, je pense.  Alors, quelle est la différence entre toutes ces pathologies?

Un peu de théorie

Le stress

C’est un phénomène normal en présence d’un «stresseur», mais il devient néfaste dès qu’il se prolonge.

L’anxiété 

C’est une tendance à créer soi-même un stress, à l’amplifier ou à l’anticiper. Le risque est qu’elle se transforme en un état pathologique. L’anxiété peut être la conséquence d’un stress prolongé et la personne se met à craindre les situations imprévues. Le stress appelé post-traumatique en est un bon exemple.

L’angoisse 

Elle se manifeste sous forme de crises ponctuelles et répétées. Elle dénote un malaise à la fois physique et psychique, souvent dû à un environnement de stress et d’anxiété.

Le beau-frère qui sait tout

«Ben voyons donc, t’as qu’à t’coucher plusse de bonne heure et tout va être correct!  On est pas des moumoutes dans famille!» sic

Le beau-frère

Tout le monde connaît ou pense connaître le stress et ses effets. Il nous arrive à tous de faire le constat qu’il faut se reposer parce que nous sommes fatigués. On entend les gens autour de nous se lamenter qu’ils manquent de temps ou qu’ils ont besoin de vacances.   

Qu’est-ce que le stress?

Sur le site stresshumain.ca , on donne la définition suivante: c’est«la réponse du corps à une situation stressante qui est accompagnée de sentiments et d’émotions.En termes biologiques et physiologiques, le stress est le résultat final ou un état qui résulte de situations ou de circonstances qu’un individu interprète comme étant stressantes. »

Il n’y a personne qui réagit au stress de la même manière.  Ce qui est stressant pour l’un ne l’est pas pour l’autre.  Il faut être à l’écoute des signes physiques de notre corps.

Les 4 principales raisons

La nouveauté, le peu de contrôle d’une situation, l’imprévisibilité et lorsque l’ego est menacé sont les quatre principales raisons qui provoquent le stress.

Le stress chronique est souvent un déclencheur qui mène vers les autres problèmes que sont l’anxiété, l’angoisse, le trouble panique, etc.  Certaines personnes deviennent malades ou en dépression. C’est pourquoi il est nécessaire de prendre le stress très au sérieux.

Les 3 étapes du stress chronique

L’étape #1

La situation dans laquelle vous êtes en ce moment active votre stress.  Quelques signes physiques auxquels il faut faire attention.

  1. Vous êtes irritable
  2. Vous ressentez de la colère
  3. Vous avez des maux de tête
  4. Douleur au dos

Vous pouvez aussi ressentir des maux d’estomac et avoir des problèmes de digestion.  À cette étape, vous devriez commencer à vous poser des questions et à chercher la cause: nouveauté au travail, changement de routine, mauvaise nouvelle, etc.

Le stress s’installe en vous tranquillement.  Chaque jour, vous ressentez de plus en plus de stress.  Il y a une énorme dépense d’énergie.

2) L’étape #2

Vous sentez que les choses deviennent de plus en plus difficiles à gérer.  Vous vous énervez facilement et vous ressentez de l’anxiété face à des choses qui étaient auparavant faciles à faire.    

Voici une courte liste des symptômes possibles:

  • Irritabilité
  • Difficulté à vous endormir (des idées tournent en boucle dans votre tête)
  • Inquiétude omniprésente 
  • Augmentation de la consommation( Alcool, malbouffe, etc.)
  • Problèmes de mémoire

À ce stade, vous êtes en état de stress permanent et les risques pour votre santé augmentent.  Si une chose inattendue se produit comme une mauvaise nouvelle ou un simple commentaire de quelqu’un de votre entourage, il y a de très fortes chances d’aggraver votre état.

3) L’étape #3

À cette étape, il faut normalement chercher de l’aide au plus vite.  Notre personnalité change et il y a de très grands risques pour la santé. 

  • Maladie cardiaque (tension artérielle et taux de cholestérol élevé)
  • Insomnie
  • Dépression
  • Épuisement (burnout)

Le stress chronique peut avoir de très graves conséquences et il faut le prendre très au sérieux.  Il faut mettre de côté les commentaires du beau-frère et chercher une solution pour retrouver un équilibre.

Les 3 façons de mieux contrôler son stress

1. L’hygiène de vie

Une meilleure hygiène de vie est vitale pour réguler son stress.  Une meilleure connaissance des effets et des conséquences du stress vont vous permettre de faire des choix éclairés.  En reconnaissant les symptômes, vous serez en mesure de prendre dès le départ les bonnes décisions pour améliorer votre bien-être.

Pour ma part, j’ai pris conscience que je devais faire encore plus attention à ne pas surcharger mes journées comme je suis habitué de le faire depuis si longtemps.

C’est un cercle vicieux et j’y entre très lentement.  Les mauvaises habitudes s’installent graduellement.  Au début, je veux me faire plaisir ou me réconforter après une grosse journée de travail.  Par la suite, je n’y pense même plus et je me tape une grosse poutine pour la cinquième fois  de la semaine.  C’est réconfortant le fast-food, n’est-ce pas?  Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Ce qu’il faut faire pour diminuer son stress:

  1. Mieux se nourrir pour éviter certaines carences
  2. Employer une technique de relaxation (respiration, yoga, etc.)
  3. Faire de l’exercice
  4. Éviter les abus

2. L’heure des choix

Je vous raconte une petite histoire pour commencer.  Un des premiers emplois que j’ai occupés consistait à fabriquer des trophées.  C’était une petite boutique familiale et l’ambiance de travail y était agréable.  Je ne vivais à cet endroit aucun stress.  Bon, si je suis honnête mis à part le salaire, tout était parfait.  J’ai donc cherché un travail plus payant. 

C’était une très mauvaise idée.  Je me suis retrouvé à être dans le trafic trois heures par jour.  Je consacrais onze heures de ma journée pour le travail.  Conséquence, je suis devenu une personne stressée. 

J’ai dû me résigner à quitter mon travail et j’ai effectué un retour aux études.  Du coup, j’ai atteint deux objectifs: retrouver mon équilibre et améliorer ma situation financière.

Il faut faire des choix lorsqu’une situation ne nous plaît plus.  Si je me sens menacé par quelque chose de nouveau, je dois agir immédiatement pour mon bien-être avant que ma vie entière ne devienne sens dessus dessous. Fais les bons choix et fais-le pour toi!

3. Passe à l’action

Une des bonnes façons de contrôler son stress au quotidien est de faire de l’exercice.  Une activité physique modérée favorise la dispersion du cortisol (hormone du stress) et améliore la qualité du sommeil.  Le yoga, le Pilates, faire des étirements sont de bons exemples qui aident à réduire le cortisol. 

De plus, faire de l’activité physique de manière modérée est une bonne chose à faire pour les personnes stressées.  Il ne faut pas faire d’efforts trop intenses sinon le cortisol augmente.

La massothérapie, selon plusieurs études récentes, serait efficace contre le stress.  De plus, il faut savoir que les effets d’une séance de massothérapie durent à peu près 21 jours.  Il faut être à l’écoute de son corps.

Conclusion

Il ne faut pas oublier que c’est la sécrétion prolongée de cortisol qui est responsable de plusieurs pathologies comme l’hypertension, le diabète de type II, la dépression, l’obésité, etc.  Cela justifie amplement, à mon avis, les actions que vous prendrez pour prendre soin de vous.  N’oubliez pas aussi que le stress est souvent la porte d’entrée de l’anxiété et de l’angoisse. 

Je vous ai donné quelques petites informations pour vous faire prendre conscience de ce qu’est le stress et comment agir avant qu’il ne soit trop tard.  Il existe plusieurs sites intéressants sur le sujet.  Le stress, lorsqu’il est bien géré, est bénéfique pour le corps.  Il permet la régulation de l’organisme face à des situations imprévues. 

Les personnes à risque devraient à tout coup réduire la caféine, réduire la quantité des aliments industriels, boire beaucoup d’eau, éviter les abus (drogue et alcool), rire un bon coup, etc. 

Il n’est jamais trop tard pour agir sur les causes de votre stress.  Rappelez-vous que le corps est toujours en recherche d’équilibre et qu’il vous appartient de faire pour le mieux.