3 manières de résoudre ses conflits intérieurs pour être heureux - Frédéric Belley

3 manières de résoudre ses conflits intérieurs pour être heureux

Tu viens d’apprendre que tu as été invité à souper chez des amis.  La plupart du temps, c’est un moment agréable et cela ne pose habituellement aucun problème.  À un moment donné, pendant le souper, la conversation bifurque vers un sujet chaud et un conflit éclate entre deux personnes. 

Ce conflit en apparence inoffensif au départ grossit et devient incontrôlable.  Les esprits s’échauffent et plus le temps passe, plus l’incompréhension entre les deux personnes grandit.  Ce qui avait l’apparence d’un manque d’écoute devient une attaque des valeurs profondes de l’autre.  Ce que tu viens de vivre s’appelle de la dissonance cognitive.  Qui n’a jamais vécu une pareille situation?

C'est gratuit

Le petit guide de la communication efficace est le meilleur chemin entre toi et les autres.  C'est l'essentiel de tout ce qu'il faut savoir pour devenir un communicateur efficace.

Les humains sont très sensibles aux incohérences entre les attitudes, les comportements contradictoires et les croyances.  Dans cette situation, chacun d’entre nous cherchera à réduire l’inconfort pour rétablir son équilibre psychique.

Festinger

La théorie de la dissonance cognitive de Festinger(1957) affirme que l’être humain recherche l’équilibre et qu’il désire éviter la discorde(dissonance).  Les Québécois n’aiment pas la chicane, c’est connu.  Je ne pense pas qu’on soit le seul peuple à ne pas aimer le conflit.  Malheureusement, des conflits se produisent quand même chaque jour et personne n’est à l’abri.   

Plusieurs facteurs peuvent influencer et amplifier l’incompréhension.  Dans le cas d’un problème mineur, la résolution du problème peut se faire généralement facilement.  Une petite explication ou tout simplement mieux écouter l’autre et c’est réglé.

Dans le cas contraire, il se peut que cela touche des croyances ou des valeurs profondes.  La résolution est alors beaucoup plus difficile et entraîne parfois des ruptures.  Tu te retrouves face à une personne qui se sent menacée et qui cherche par tous les moyens à briser cette pensée qu’elle ne veut pas entendre.  Elle affirme son désaccord et cela peut amener des comportements irrationnels et inadaptés. 

2 exemples

  • Si la dissonance touche une différence de perception ou de l’aveuglement volontaire, par exemple le beau-frère avec qui lorsqu’il est question de sport ne peut admettre qu’un joueur de l’équipe adverse a de bonnes qualités, c’est de l’entêtement.  Il devient alors difficile de discuter de ce sujet particulier.  Il vaut mieux l’éviter et parler d’autres choses.   Dans ce cas, il peut être possible d’envisager la poursuite de la relation.
  • Par contre, si la dissonance touche des croyances ou des valeurs, il peut être plus difficile de continuer dans la relation.  La religion, la manière d’élever ses enfants, la manière de se soigner sont de bons exemples.  Dans tous ces cas, les efforts pour arriver à résoudre la situation définitivement risquent de prendre beaucoup de temps.  Si vous rêviez de revenir en arrière ou faire semblant qu’il ne s’est rien produit, je vous conseille de vous réveiller immédiatement.  Je pense que le statu quo n’est pas possible et que la relation devra nécessairement évoluer vers un nouvel équilibre ou s’arrêter.

La dissonance peut aussi se vivre à l’intérieur de nous.  C’est lorsque je fais quelque chose qui n’est pas en accord avec mes valeurs ou croyances profondes.  Je vous donne quelques exemples un peu plus loin.

Il faut se rappeler que la dissonance augmente avec:

• L’importance du sujet pour nous

• À quel point les pensées dissonantes sont en conflit

• Notre incapacité à rationaliser et à expliquer le conflit

Nous possédons beaucoup de connaissances sur le monde et nous-même.  Quand celles-ci s’affrontent, la divergence entraîne un état de tension. Comme l’expérience de la dissonance est désagréable, l’individu est motivé à réduire ou à éliminer cette pensée qui brise son équilibre. 

Il cherche alors à obtenir si possible une solution ou une manière de faire quelque chose pour régler le conflit.  J’ai écrit un article sur la résolution de conflit, cela peut vous donner quelques pistes de réflexion.

https://fredericbelley.com/regler-un-conflit/

3 manières de résoudre la dissonance cognitive

La dissonance cognitive amène une motivation très puissante qui te conduira à vouloir réduire l’inconfort que cela occasionne.   Celui-ci ressemble souvent à une tension entre deux pensées opposées. Pour libérer la tension, il y a trois possibilités. 

«Plus un apprentissage a été difficile, malaisé, douloureux ou même humiliant, moins l’individu est prêt à remettre en cause la valeur de ce qui lui a été enseigné. Cela signifierait en effet qu’il a investi et souffert pour rien.»

Gregory Bateson, anthropologue, psychologue, épistémologue américain (1904-1980)

1.Changer

La première méthode pour diminuer son inconfort est de changer des comportements, des attitudes ou des croyances que tu défendais jusqu’à maintenant.  Tu te dis…j’ai compris.  Je pense que j’ai compris.  Le problème c’est qu’un jour ou l’autre ta réponse comportementale acquise va réapparaître et recréer l’inconfort.

Il est très difficile de changer sa manière de voir les choses.  Pour de petites mésententes, cela peut s’arranger relativement facilement.  Je peux décider de continuer de penser la même chose et ne pas tenir compte de ce qui vient de se passer.  Je ne change rien et j’espère que tout va rentrer dans l’ordre. Malheureusement, les exemples sont très nombreux pour illustrer ce que je viens de dire. 

Conflit interne ou externe

La dissonance cognitive peut être le résultat d’un conflit interne(avec soi-même), c’est-à-dire que je peux me mettre moi-même en discorde avec un geste que je pose.  Fumer n’est pas bon pour la santé, je fume quand même en me disant que cela ne me posera jamais de problème.  Cela fonctionne pour un certain temps, mais un jour ou l’autre, l’inconfort revient. Je dois alors trouver le moyen de revenir à une situation d’équilibre.

Elle peut aussi être le résultat d’un conflit externe (entre deux personnes).  Un désaccord sur une manière de vivre, une manière de penser ou une manière d’être peut déboucher sur une dispute majeure.  C’est la force de la dissonance qui va dicter la forme de ce que cela va prendre.

Il faut retenir que ce mode de réduction de la dissonance n’est qu’une solution temporaire. Au bout d’un certain temps, il est quand même possible et probable de la voir réapparaître.

2. Réduire

Une autre méthode selon la théorie de la dissonance cognitive consiste à réduire l’importance de la cognition.  Je pourrais ainsi me convaincre qu’il vaut mieux faire comme si cela n’existait pas. 

Si je reprends le même cas de conflit interne, je pourrais  tout simplement me dire qu’il vaut mieux une vie plus courte remplie des plaisirs du tabac qu’une vie plus longue passée dans la privation de ce plaisir.  De cette façon, je résous pour un certain temps le conflit, c’est-à-dire que le tabac est mauvais pour la santé.

Dans un conflit externe, je peux glisser tout simplement le conflit sous le tapis.   Au lieu d’affronter le problème, je le règle à ma manière sans donner d’explications sur ce qui a créé le problème.  Dans ce cas précis, la personne est incapable de passer par dessus ses valeurs ou ses croyances. 

Oui, elle obtient le résultat voulu en réduisant son inconfort.  Par contre, elle le fait au prix de couper toute forme d’explications possibles en provenance de l’autre personne et de pouvoir ainsi améliorer sa compréhension.

Un point qu’il ne faut pas négliger est que notre cerveau recherche constamment l’équilibre.  Il prend les moyens nécessaires pour amenuiser les déséquilibres.  Ce sont en grande partie les connaissances de l’individu, son éducation et ses valeurs qui influencent sa manière de se comporter.  Encore une fois, cette méthode n’est qu’une solution temporaire et les risques de voir réapparaître cette même dissonance sont bien réels. 

3. Acquérir

La troisième méthode consiste à acquérir de nouvelles  informations ou connaissances.  Je cherche une réduction de la dissonance en apprenant de nouvelles choses qui vont me

permettre de mieux comprendre ce qui se passe.  Je pourrai ainsi prendre une décision éclairée sur ce qui a créé le conflit et espérer ainsi éviter que cela se produise de nouveau.

Dans un conflit interne, vous avez sans doute avantage à acquérir de nouvelles connaissances.  C’est une question d’intégrité et d’honnête avec soi-même.  Il vaut mieux agir maintenant que d’avoir des regrets plus tard.  Dans l’exemple du fumeur de tout à l’heure, celui-ci a avantage à ne pas mettre de côté les risques pour sa santé.  Agir en connaissance de cause permet d’être en symbiose avec soi-même.

Dans un conflit avec une autre personne, si mon désir est la poursuite de la relation, l’ouverture aux idées des autres est obligatoire.  De cette façon, je réussirai peut-être à changer ma manière de voir les choses.  Il y a des personnes qui y arrivent.  Cela t’oblige cependant à ne pas t’enfermer dans une doctrine hermétique. En restant ouvert et enseignable, tu te donnes la permission d’évoluer même si cela est épeurant et insécurisant. 

Il faut savoir qu’il y aura peut-être des deuils à faire.  Mais, rappelle-toi qu’à chaque fois que tu fermes une porte, tu t’éloignes peut-être d’un apprentissage important.  Ce n’est pas un gage de réussite et il est fort possible que ce soit le nombre d’essais et d’erreurs qui va déterminer au final le résultat.

Processus de rationalisation

Dans tous les cas expliqués précédemment, on remarque qu’il n’existe aucune solution miracle.  Un fait demeure et c’est ce qui va vous aider à prendre de meilleures décisions et à faire de meilleurs choix.  L’être humain autant au niveau physique que psychique recherche l’équilibre.  Un des mécanismes pour retrouver l’équilibre est la rationalisation.

Le processus de rationalisation commence dès qu’un événement se produit.  La rationalisation c’est rendre plus rationnel et plus conforme à la raison les événements qui viennent de se produire.  Dans les exemples qui précèdent, tu le fais pour toi.  C’est ta recherche d’équilibre qui t’oblige à régler ton mal être.

Un exemple

Si un enfant fait un mauvais coup et qu’il se fait prendre par un adulte, il va d’abord se défendre en disant que ce n’est pas lui.  Ensuite, il va tenter de rationaliser l’événement pour revenir à l’équilibre en se disant que ce n’est pas grave ou que ce n’est pas si pire que cela.  Même si au départ, il savait qu’il pouvait se faire attraper, il fait maintenant face à un problème à résoudre.  Il doit le rationaliser dans sa tête pour retrouver la paix intérieure.

Conclusion

Je le sais au début de l’article, je te promettais trois manières de résoudre ton conflit intérieur.  Force est de constater que ce n’est pas aussi facile que tu l’espérais.  Il faut cependant admettre qu’il faut être sur son X pour être capable d’affronter la réalité. 

Jouer à l’autruche fonctionne pour un temps.  Est-ce une solution viable?  Il me semble que c’est plus facile de vivre avec soi-même si je ne fais pas de compromis sur mon intégrité.  Je ne dois jamais laisser les autres m’imposer leurs valeurs et leurs croyances.   

Tu peux à chaque moment de ta vie faire le choix de vivre en pleine conscience.  Tu le fais d’abord pour toi dans le but d’être bien avec tes choix.  Il est fort probable que des personnes autour de toi ne comprennent pas ton cheminement.  Il faut juste te rappeler que tes choix sont les meilleurs pour toi.  Personne ne devrait vivre à travers le regard des autres et pour les autres en s’oubliant.

Le courage et l’honnêteté que cela demande dépassent souvent ce que tu es prêt à faire.  Je ne crois pas qu’une personne puisse réussir sa vie sans conflit, sans discorde ou sans inconfort.  Cela fait partie de notre quotidien.  Je peux par contre par les choix que je fais rendre le chemin vers ma paix intérieure plus facile.

Ce qui précède sur la résolution de la dissonance cognitive est basé sur mes réflexions personnelles sur le sujet.  En vivant des situations souvent difficiles, j’ai pu observer que le conflit intérieur qu’entraîne la dissonance cognitive amène beaucoup de situations désagréables. 

Un dernier mot

N’hésite pas à me laisser tes commentaires et tes réflexions au bas de cet article.  Je crois fermement  que c’est dans le partage de connaissances qu’on peut espérer améliorer nos relations interpersonnelles.  La contribution de toutes et tous est souhaitable et essentielle.

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: