Quatre trucs pour régler un conflit - Frédéric Belley

Quatre trucs pour régler un conflit

relation interpersonnelle

Tu veux régler un conflit au travail, avec un collègue, avec un ou une ami(e), familial et tu ne sais pas quoi faire.  Deux visions s’affrontent et c’est, sans doute, un problème de perception.  Tu veux régler le conflit mais tu as l’impression de ne jamais être compris. 

Est-ce que cela se peut que tu sois une partie du problème?  Je ne sais pas si vous avez déjà pensé demander à vos proches ce qu’il pensait de votre manière de communiquer, mais vous pourrez être sans doute assez étonné de leur réponse.

C'est gratuit

Le petit guide de la communication efficace est le meilleur chemin entre toi et les autres.  C'est l'essentiel de tout ce qu'il faut savoir pour devenir un communicateur efficace.

Les relations interpersonnelles

Dans cet article, je vais vous donner quatre trucs qui sont utiles, selon moi, pour améliorer votre manière de communiquer et ainsi régler et prévenir les conflits potentiels.  Que ce soit avec votre patron, vos collègues de travail et bien sûr les gens que vous aimez.

Le contenu de ce qui va suivre est basé sur mes réflexions personnelles, mes lectures, les cours de relations interpersonnelles et bien d’autres choses que je pourrais nommer.  Le but ici est de vous aider et de vous amener à réfléchir sur votre manière d’être en communication avec les autres.  De cette façon, vous aurez des moyens efficaces pour communiquer avec votre entourage de la meilleure façon possible et vous serait en mesure d’observer à votre tour leur manière de communiquer.

Nous avons tous déjà observé dans notre entourage des personnes qui sont incapables de s’exprimer correctement et qui nuisent à l’ambiance autour d’eux.  Explorons ensemble les trucs qui vont changer, je l’espère, votre manière de voir les choses.

TRUC #1   Être calme

Il faut apprendre ou se donner le temps pour contrôler nos émotions face à la situation qui vient de se produire.  Je suis certain de ne pas être le seul qui sent que parfois le bouchon va sauter.  Dans nos milieux de travail, il arrive des situations qui nous fâchent et parfois sur le coup de la colère, on dit des choses qui dépassent notre pensée.

Les émotions que l’on vit au moment où l’on apprend une nouvelle nous font réagir de différentes façons. Cela vient nous sortir de notre zone de confort et nous empêche de dire et de faire les bonnes choses pour régler la situation.  On risque alors de japper très fort sans résultats positifs pour nous-mêmes en plus de probablement aggraver la situation de départ qui a peut-être été mal comprise.

C’est quelque chose ce que j’ai vécu moi-même à plusieurs reprises.  Il faut apprendre à se connaître.  Ce qu’il faut savoir c’est que l’être humain réagit de trois manières.  Lorsque j’ai fait ma formation de massothérapeute, j’ai appris l’existence du cerveau reptilien qu’on appelle aussi le cerveau ancien.  Cette manière de réagir nous vient de nos ancêtres très lointains.  Lorsqu’ils étaient face à une situation de danger, ils réagissaient de trois façons.

Prenons un exemple :

Quelqu’un dans votre famille s’est caché derrière une porte.  Au moment où vous franchissez la porte, la personne vous faire sursauter.

Comment réagissez-vous?

  1. Rester figé
  2. Quitter les lieux
  3. Sauter dessus à votre tour

Je suis certain que dans vos milieux de travail vous avez déjà vécu des situations semblables.  Une personne vous fait une remarque sur votre manière de faire les choses et cela vous fâche.  Il est bien certain que dans cette situation, on ne va pas sauter sur la personne même si parfois l’envie ne manque pas.

Pour ma part, j’ai tendance à réagir de la troisième manière.  J’ai appris à m’éloigner pour quelques instants pour me permettre de revenir au calme.  J’ai même déjà dû attendre 48 heures avant de rencontrer la personne avec qui j’avais un conflit.

Vous comprenez maintenant qu’il ne faut pas tenter de régler le conflit immédiatement.  Il est assurément nécessaire d’être calme et de réfléchir à la meilleure façon de dire les choses.  Nous verrons plus loin dans les trois autres trucs tout ce qu’il faut faire pour justement arriver à régler cette situation de la meilleure façon possible.

Quand une situation comme celle décrite précédemment se produit.  Il faut retenir qu’il faut être calme avant d’engager une conversation avec une personne avec qui l’on est en conflit.  De cette manière, la communication sera d’autant plus efficace et vous pourrez à ce moment précis exprimer votre message efficacement.

TRUC #2   Être simple

«Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément

Maxime de l’écrivain François Boileau

J’ai pris un moment pour évacuer ma frustration.  Il est maintenant temps de réfléchir à comment je vais pouvoir m’exprimer clairement sur ce qui a créé le conflit.  Je dois organiser ma pensée.  Il faut arriver à s’exprimer de manière claire et précise.

Exprimer le fond de sa pensée n’est pas une chose facile.  On doit organiser le message.  C’est souvent le bon moment pour mettre par écrit les émotions et le sentiment vécu au moment de l’évènement.  Si je suis encore à mettre la faute sur l’autre personne,  je dois encore prendre du temps pour me calmer.

Les émotions négatives comme la colère sont généralement un frein à la communication et cela peut entraîner des conséquences fâcheuses.   J’ai déjà observé au travail un ami qui était incapable de communiquer efficacement parce que sa colère était trop grande.  Même si je lui avais  dit que cela arriverait, il n’a pas pu s’en empêcher.  Il a dû prendre un mois de congé et même à son retour on sentait encore beaucoup de colère et de frustration en lui.

Je pars de moi

La réflexion doit venir de moi-même.  Je pars de moi. Qu’est-ce qui fait que je me suis retrouvé dans cette situation ? Est-ce que j’ai créé le conflit sans même m’en apercevoir?  C’est le bon moment pour voir si mon ego n’est pas en train de me faire dire des choses que je ne pense pas.

Sur Wikipédia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Ego

«Pour un certain nombre de courants spirituels, l’ego est la représentation fausse qu’un individu se fait de lui-même. Cette représentation fait écran à la vraie nature de l’homme.»

Je m’exprime simplement et je choisis les mots justes pour exprimer le plus clairement possible le fond de ma pensée.  Je parle en «je».  Ce qu’il faut retenir ici c’est qu’il est primordial de partir de soi.  Si je commence la résolution du conflit en l’utilisant le pronom personnel «tu», j’accuse l’autre en lui disant : tu n’es pas correct, tu n’aurais jamais dû me dire ceci ou cela.  C’est ta tête et ton ego qui parlent.

Ce que je veux dire par être simple c’est qu’il faut choisir les bons mots et exprimer le fond de sa pensée en utilisant le «je».  À ce moment-là,  j’exprime ce qui m’a blessé profondément.  Normalement,  l’autre personne devrait être dans de meilleures dispositions d’écoute.   Il faut juste se rappeler d’être le plus simple possible et d’avoir organisé sa pensée avant de la communiquer.  De cette manière,  le message et le conflit risquent d’être réglés dans les meilleures dispositions possibles.

TRUC #3   Être cohérent

Il est très important que le message émis dans une même situation véhicule la même information.   L’être humain perçoit les messages contradictoires.   Ici, il est question de la cohérence entre les gestes et la parole.

Voici un exemple de choses qu’il ne faut pas faire lorsque vient le temps de régler un conflit.

Exemple

Si mon intention est de communiquer une situation qui occasionne des problèmes avec une autre personne, il faut que je m’assure que ce que je vais dire est cohérent.

Prenons par exemple un patron qui veut régler ce problème avec l’un de ses employés.  Le patron a bien choisi ses mots et son intention de passer un message à son employé.  Mais pendant tout le temps qu’il est en présence de la personne, son attention est portée à tout ce qui l’entoure.  Il regarde constamment sa montre,  son ordinateur.

Même s’il prononce les mots qu’il a choisis, ceux-ci risquent d’être mal perçus par l’employé.  La personne qui reçoit le message risque de ne pas accorder beaucoup de crédibilité à celui-ci.  En ressortant de la réunion, il risque d’avoir une opinion négative de la personne qu’il vient de rencontrer et il risque de raconter à ses collègues comment la rencontre avec ce supérieur ne lui a rien appris.  Le message n’est pas passé à cause de facteurs externes au message. Pourtant les mots ont été prononcés clairement selon l’émetteur.  Ce qu’il faut retenir ici, c’est que nous avons avantage à être cohérents.

Une étude américaine

Une étude américaine dit que seulement 7 % des mots sont perçus par le récepteur.  Les 93% restants sont divisés en deux.  Il y a 38 % pour le paraverbal, c’est-à-dire du rythme de la parole, de sa force, de sa rapidité, du timbre de notre voix, de sa mélodie.  Finalement, 55 % de ce que le récepteur perçoit provient de gestes,  des microgestes,  la respiration,  l’expression faciale et toutes les mimiques ou choses que nous faisons sans nous en apercevoir.

Les bébés

Si vous voulez mieux comprendre ce que je viens d’exprimer ici.   Vous parlez à un bébé qui ne comprend pas les mots que vous prononcez, vous lui parlez doucement avec une voix calme et posée et observer sa réaction.  Ensuite, si vous haussez le son de votre voix.  Quelle va être la réaction du bébé? Il va sans doute devenir triste ou se mettre à pleurer.  Nous avons tous vu lorsqu’on perd notre temps sur You Tube des vidéos avec des bébés qui ont ces réactions.  Beaucoup de gens s’en amusent.   Voir l’exemple ici : le top 10 des vidéos de bébés.

https://www.youtube.com/watch?v=o8X2rYuGEy8

Bon, vous êtes revenu, j’ai eu peur.  Donc c’est seulement 7 % du message transmis par les mots qui sont perçus par le récepteur.  Nous avons donc avantage à être conscients que pour bien communiquer, il faut faire attention  à beaucoup de petits détails qui sont plus importants que les mots prononcés.

De plus, certaines personnes sont plus perceptives que d’autres et elles sont affectées au point de ne rien saisir du message. Un bon communicateur droit prendre en considération chacun des points mentionnés  précédemment.

TRUC #4   Être attentif, prédisposé et surtout honnête

Il faut être attentif :

Il faut être et vivre le moment présent pour atteindre le résultat escompté.  De cette manière,  si notre interlocuteur ressent un malaise face aux propos émis,  vous serez apte à percevoir les signes.  Il faut s’assurer de la bonne compréhension du message.   Cela veut dire qu’il faut vérifier si  notre interlocuteur a bien compris ce que l’on veut lui transmettre comme message.

Il faut être prédisposé :

Parfois, les gens qui nous parlent jouent un rôle et nous avons l’impression que cela sonne faux.  Il ne faut pas hésiter à laisser transparaître notre vulnérabilité.   Montrer sa vulnérabilité, c’est se montrer sensible et fragile face à l’autre.  La seule notion de vulnérabilité pourrait être un sujet d’article à lui seul.   Il en sera sûrement question dans les articles à venir.  C’est vraiment un mot très intéressant au niveau de la sémantique (sens).

Il faut être surtout  honnête :

Il faut exprimer les non-dits, même si cela nous faire peur.

Qu’est-ce que ça veut dire être honnête avec les autres?

Il n’y a pas de résolution de conflit possible sans l’honnêteté des deux parties.   À partir du moment où l’une des deux personnes cache la vérité à l’autre ou une partie de la vérité.  Le même problème risque de revenir à nouveau.  Dans les relations amoureuses,  c’est souvent ce qu’il se produit et cela mène inévitablement à la rupture.

C’est la base d’une saine relation.  L’honnêteté dans une relation amène la cohérence.  Mentir à l’autre peut fonctionner pendant un certain temps, cependant à partir du moment où l’autre s’en aperçoit, il devient de plus en plus difficile de cacher la vérité. C’est à ce moment-là  que la relation se dégrade et que le lien de confiance est brisé.  Rebâtir le lien de confiance est très difficile,  cela peut mener à la rupture définitive de la relation.

En guise de conclusion

Beaucoup de sujets ont été ici effleurés.   Ils feront bientôt l’objet d’articles leur étant consacré de plein gré.  Mon but ici est de vous aider  à mieux comprendre la communication et à appliquer les quatre trucs évoqués précédemment dans vos relations  professionnelles que personnelles.

ce que vous venez de lire est un extrait de mon livre «Sur la route de la communication».  Si vous avez vous voulez recevoir les 3 premiers chapitres gratuitement, suivez le lien ci-dessous.

Leave a Reply 1 comment

Francine Belley - avril 4, 2017 Reply

Ton livre a l’air super intéressant, je viens de lire l’article sur face book
Bravo! Continue à nous communiquer les vraies choses.
Francine

Leave a Reply: