5 clés pour déjouer mon inconscient qui me joue des tours - Frédéric Belley

5 clés pour déjouer mon inconscient qui me joue des tours

inconscient

Depuis quelque temps, j’essaie d’avoir des moments de conscience toujours un peu plus long et je m’aperçois que malgré mes efforts, je n’y arrive pas. Je passe à travers ma vie en étant totalement inconscient. Je suis sur le pilote automatique et celui-ci refuse de me céder sa place.

Ce qu’il faut savoir, c’est que cet état quasi permanent contrôle notre vie. Selon les recherches en neurosciences: plus de 90% de nos actions quotidiennes seraient inconscientes. C’est à la fois une bonne et une mauvaise chose. Ce sont donc 5% à 10% de nos activités cognitives (décisions, émotions, actions, comportements) qui sont conscients.

C'est gratuit

Le petit guide de la communication efficace est le meilleur chemin entre toi et les autres.  C'est l'essentiel de tout ce qu'il faut savoir pour devenir un communicateur efficace.

Les bons côtés

Le fait de fonctionner en mode automatique nous permet d’être beaucoup plus rapide dans nos actions/réactions. Vous n’avez qu’à repenser à la première fois où vous avez fait de la bicyclette. Imaginez le nombre d’actions conscientes que cela vous a demandé! Il faut maintenir l’équilibre en ajustant constamment la direction tout en pédalant. Les premières fois, c’est très difficile. 

Par la suite, notre inconscient prend le relais et nous pouvons facilement avancer et discuter avec nos amis en même temps. Si jamais un obstacle se présente, sans même prendre le temps d’y réfléchir, nous contournons l’objet. Il faut juste essayer d’imaginer le même temps de réaction si nous devions le faire dans le conscient.

  1. Identifier l’obstacle pour savoir si je freine ou si je le contourne.
  2. Demander à mes bras de tourner le guidon vers la gauche, puis vers la droite.
  3. Appliquer les freins
  4. Etc.

Comme vous pouvez le constater, le temps de faire tout cela ne nous aurait pas laissé assez de temps pour éviter l’obstacle. C’est pourquoi il est facile lorsque nous maîtrisons une compétence d’éviter l’obstacle sans trop y penser. Cela nous évite de fâcheux accidents qui peuvent avoir des conséquences plus ou moins graves.

Mes expériences personnelles

C’est un peu ce qui m’a amené sur cette piste de l’inconscient. Il y a deux choses que je fais en totale inconscience qui me troublent à chaque fois.

La conduite automobile

La première se produit de temps en temps au volant de ma voiture. Je vais d’un point A à un point B et je ne me rappelle aucunement du trajet entre les deux. J’étais en train d’écouter la radio et c’est mon inconscient qui m’a ramené à la maison.  J’étais sur le pilote automatique.  Rendu à destination, j’étais incapable de me rappeler du trajet.

Anecdote

Quand j’ai commencé à conduire, un ami à moi disait constamment la chose suivante: si tu hésites, n’y va pas. Je comprends maintenant ce que cela voulait dire. Si tu ramènes la décision d’y aller ou pas dans ton conscient, tu vas peut-être créer un accident à cause de la prise de décision qui sera plus longue. Ce sont des mots qui prennent tout leur sens maintenant.

Est-ce que je suis TDA?

La deuxième situation me fait beaucoup réfléchir à cause de sa durée dans le temps qui est courte. Je suis chansonnier et certains soirs, lorsque je suis en train de jouer, il m’arrive de faire des chansons en étant totalement dans l’inconscient.

Je joue de la guitare et je chante par dessus une trame sonore.  Puis mon attention est attirée ailleurs, je commence à regarder le match de hockey.   Tout à coup arrive la fin de la chanson.  Je constate à ce moment-là que j’ai fait la chanson sans jamais avoir été conscient de ce que je faisais.  Pourtant, je jouais de la guitare et je chantais.  C’est une sensation assez bizarre.

Voici pourquoi c’est utile

«L’éducation est l’art de faire passer le conscient dans l’inconscient.»

Gustave Le Bon

C’est utile entre autres pour tout ce qui touche l’apprentissage.  La citation ci-dessus le démontre très bien.  La première fois que nous apprenons quelque chose, c’est souvent très difficile.  Il faut y mettre le temps nécessaire et surtout recommencer, recommencer et recommencer.

Cette difficulté va varier selon les individus.  La persévérance, nécessaire à toute réussite, est essentielle pour bien encoder les nouvelles connaissances pour que le cerveau soit capable, par la suite, d’exécuter la tâche apprise précédemment en pilote automatique. 

Une petite défaillance (un oubli, une information erronée, un raccourci pour ne pas expliquer maintenant un concept difficile, etc.) va nécessairement entraîner des ratés dans l’exécution d’une compétence.   C’est pourquoi il est très important de porter une attention consciente lorsque nous sommes en situation d’apprentissage.

Les mauvais côtés

Après ce que je viens de dire, il peut être un peu difficile de voir les mauvais côtés de notre inconscient.  Ceux-ci sont pourtant pour moi bien réels.  La première observation qui me vient en tête touche justement l’apprentissage. 

Prenons l’exemple d’une élève dans une classe de français.  Elle écoute attentivement les explications de l’enseignant concernant la règle des participes passés avec avoir et elle réussit par la suite parfaitement les exercices sur cette règle.

Trois jours plus tard, l’enseignant donne une dictée sur les participes passés avec avoir.  La même élève fait la dictée comme à son habitude même si l’enseignant a mentionné avant la dictée de faire attention à ces participes que tout le monde a pratiqués.

Cette élève fait la dictée et par automatisme, elle ajoute un «e» dans la phrase suivante: «Julie a mangée une pomme».  Pour son plus grand malheur, son enseignant du primaire lui avait dit de mettre un «e» dans cette situation parce que c’est une fille.  C’est cette information que le cerveau redonne automatiquement puisque c’est cette information qui est encodée dans l’inconscient.  Comme le participe passé avec avoir ne fait pas partie du programme du primaire, l’enseignant a tout simplement pris un raccourci pour ne pas expliquer la vraie règle.

Cette élève ne sait pas ce que l’enseignant a fait et répète par automatisme cette erreur.  Par la suite, c’est un travail assez difficile pour cette élève de corriger cette information erronée.  Il faut repasser par le conscient dans une situation réelle d’écriture et répéter pour défaire ce qu’elle fait sans même y penser.  C’est extrêmement difficile à réaliser.

Le répondeur automatique

Une des situations qui m’arrivent assez souvent est de répondre à une question en pilote automatique.  C’est comme si mon cerveau n’avait pas le temps d’attendre.  Il se dit: «De la marde, je réponds et on verra par la suite si ça passe».  Malheureusement pour moi, la réponse n’est généralement pas en lien avec la question.

Dans la vie de tous les jours, cela amène des quiproquos qui peuvent être drôles parfois.  Si vous portez attention autour de vous, elles font partie intégrante des relations interpersonnelles.

La relation de couple

Dans une relation de couple, cela peut entraîner, par contre, des frictions qui laissent le partenaire insatisfait de l’écoute qu’il ou elle reçoit.  La personne ne se sent pas écoutée et cette situation va nécessairement détériorer la relation.  C’est plus facile à dire qu’à faire.  Parfois, même avec la meilleure volonté du monde, une personne sera incapable de répondre de manière satisfaisante à sa ou son partenaire. 

Plusieurs liens peuvent être faits avec des troubles émotionnels qui empêchent la personne de vraiment s’investir dans la relation.  Il y a tellement de pistes à explorer.  L’une de ces pistes pour moi se trouve dans cet article que j’ai écrit précédemment: https://fredericbelley.com/alexithymie

Pour conclure

Le sujet est très vaste et je suis conscient (mauvais jeu de mots!) que je ne fais que l’effleurer à partir de mes observations personnelles sur l’inconscient.  Ce qu’il faut savoir, c’est que les neurosciences, dans les vingt dernières années, ont beaucoup étudié le sujet.

Même si Freud et Jung ont mis les bases chacun à leur manière, il m’apparaît évident que la compréhension du fonctionnement du conscient et de l’inconscient ne fait que commencer.

Cinq points clés à retenir

  1. Un inconscient, ça se reprogramme
  2. Il faut mettre à l’épreuve vos connaissances
  3. C’est votre responsabilité de désactiver le pilote automatique
  4. Le doute est l’allié de vos certitudes
  5. Pratiquer l’écoute active et consciente est très utile afin d’éviter les quiproquos 

Voici un article sur l’écoute active: https://fredericbelley.com/ecoute-active-et-productivite/

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: