Découvre pourquoi l'écoute active va améliorer ta productivité !

Découvre pourquoi l’écoute active va te permettre d’améliorer ta productivité !

 Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais les personnes qui sont incapables de rester concentrées sur une conversation m’énervent. Elles regardent à gauche, à droite et elles ont l’air de chercher une raison pour s’enfuir à l’autre bout de la planète. Voici pourquoi l’écoute active va te permettre d’améliorer ta productivité!

L’écoute déficiente est une arme de destruction massive pour tout ce qui touche les relations humaines. Combien de relations ont été détruites à cause d’un manque d’écoute ? Si tu fais partie de ces personnes qui ont de la difficulté à rester concentrées sur les autres, je te propose quelques petits changements de comportement.  Ils te permettront de grandement améliorer tes relations avec les autres. 

C'est gratuit

Le petit guide de la communication efficace est le meilleur chemin entre toi et les autres.  C'est l'essentiel de tout ce qu'il faut savoir pour devenir un communicateur efficace.

Suis-je un bon interlocuteur ?

C’est certain que dans un monde idéal, chacun d’entre nous veut être écouté le plus possible. Il faut cependant remettre les pendules à l’heure. Si vous fouillez un peu le sujet, on parle souvent de plusieurs niveaux d’intimité. L’implication émotionnelle que tu entretiens avec certaines personnes va modifier la réaction de celles-ci. Plus l’ego et les valeurs de la personne sont touchés, plus il y a de chances d’avoir une réaction démesurée et incompréhensible.

Les psychologues ont identifié 5 niveaux d’intimité :

  1. Conversation facile et sans risque
  2. Partage des avis et des croyances des autres
  3. Partage des opinions et convictions personnelles
  4. Mes expériences personnelles et mes sentiments
  5. Mes émotions et mes désirs.

Je crois qu’il faut absolument s’intéresser au discours de notre interlocuteur au début de la relation. Être attentif va t’éviter de perdre ton temps dans une relation qui ne t’apportera rien. Déjà au niveau 1, la personne en face de toi va laisser voir des traits de sa personnalité. 

C’est souvent dans ces conversations usuelles et banales que l’écoute active va te permettre d’obtenir de très importantes informations. Tu ajoutes à cela une réelle intention de connaître l’autre et tu obtiens la formule gagnante.

De quoi as-tu peur ?

À l’opposé, si tu te sens mal à l’aise ou si tu as de la misère à t’intéresser à ce que l’autre dit, tu fais peut-être partie de ces personnes qui ne veulent tout simplement pas être impliquées émotionnellement et personnellement.

Tu penses que ce n’est tout simplement pas possible pour toi et tu préfères garder une certaine distance face aux autres. Tu juges peut-être que tout cela te demanderait beaucoup trop d’efforts et tu ne vois pas les bénéfices potentiels.

Malheureusement, si ton désir est de modifier ta manière d’être, il faudra que tu t’impliques consciemment à mieux écouter ton interlocuteur. Il faut cesser d’avoir peur et entrer dans la danse. À un certain moment, le statu quo n’est plus possible et n’apporte aucune satisfaction immédiate. 

Si l’attention que tu portes aux propos de l’autre n’est pas importante, tu choisis donc de rester concentré sur ton propre discours et sur ce que tu as à dire. Ce que tu dois maintenant savoir et qui va, je l’espère, changer ta manière de voir est la suivante : être en relation avec l’autre demande pour plusieurs d’entre nous un effort quotidien et les bénéfices à long terme sont plus grands que les effets négatifs.

De l’autre côté du miroir

Voici un exemple de ce qui est perçu par quelqu’un qui recherche une écoute attentive et unique. Si elle perçoit que la personne en face d’elle fait de l’évitement et qu’elle prend tous les moyens pour ne pas entrer en communication. Elle juge, à partir de là, que son besoin n’est pas comblé et elle ressent de la frustration. Il est facile de comprendre que dans une telle situation, il vaut mieux prendre un moment pour réfléchir et être honnête. C’est un comportement responsable et cela t’évitera d’avoir à entretenir des relations toxiques.

Remplir les silences

Certaines personnes que l’on rencontre chaque jour ne sont pas fichues d’écouter l’autre correctement. Il y a des signes qui ne trompent pas et qui révèlent beaucoup de choses sur notre interlocuteur. 

Plusieurs sont mal dans leur peau juste à l’idée d’écouter quelqu’un. Elles ont peur qu’on les contredise et elles ne veulent surtout pas argumenter. Cela exposerait le vide intérieur qui les envahit.   Afin d’éviter cela, elles se vont mettre à parler et à prendre le plancher en racontant une histoire banale et vide. Certaines d’entre elles répètent la même histoire chaque fois qu’une nouvelle personne pénètre dans la pièce. C’est d’une tristesse incommensurable.   

Les conversations usuelles

Il faut faire la différence entre une conversation dans une file d’attente à l’épicerie et celle que tu as avec des personnes que tu connais. Les attentes ne sont pas les mêmes. Il faut distinguer ici les attentes poursuivies par l’un et l’autre des parties. L’Ego, les valeurs et les préjugés vont teinter la réponse donnée et son intensité. 

Lorsqu’il y a discordance, une fermeture s’installe et le retour en arrière est pour plusieurs individus impossible. À ce moment précis, la personne n’est plus en mesure d’assumer ce qui vient de se passer.   L’état d’esprit et la réceptivité ne sont plus les mêmes entre les deux interlocuteurs. Le message ne peut plus être perçu et il y a coupure. Il est toujours possible de faire semblant pendant un certain temps, mais je crois qu’il y a une limite à ne pas dépasser. Encore une fois, c’est qu’il faut être responsable et honnête.

Et si tout était rose !

Dans un monde idéal, toutes les personnes qui nous entourent auraient les habiletés et les connaissances nécessaires pour être en contact réel avec leur interlocuteur. La communication serait facile et tu aurais toujours l’impression d’être écouté. 

Heureusement pour nous, il existe de petites choses à faire qui peuvent améliorer grandement nos relations. Si tu penses te reconnaître dans ces situations, voici quelques solutions faciles à appliquer.

L’écoute active

Tout d’abord, l’écoute active consiste à écouter l’autre avec tous les sens. Consciemment, je choisis l’une ou l’autre de ces deux situations : je choisis d’écouter l’autre activement ou je me concentre seulement sur le message (les mots) du locuteur. J’entends ce que tu me dis, mais je ne t’écoute pas.

Savoir se taire

Parfois pour mieux communiquer, il faut savoir se taire et juste être là pour l’autre. Je me rends disponible et attentif. Je ne cherche pas à combler les silences. Il faut que je m’habitue à les vivre pleinement sans attentes particulières.

Il faut laisser à la personne le temps pour bien formuler l’essentiel de son message. C’est le temps idéal pour réfléchir et prendre le temps de bien absorber ce qui vient d’être dit.

C’est un choix ! 

Observez les personnes autour de vous et jugez de la qualité de leur écoute. Comment agissent-elles ? Est-ce qu’elles démontrent de l’intérêt ? Il est important que le locuteur voie dans la personne qui écoute de l’intérêt. Sinon, le locuteur a l’impression de ne pas être entendue.

Il y a beaucoup de manières de démontrer de l’intérêt envers les autres comme il y a beaucoup de manières de ne pas le faire. Dans mon ebook, je relevais ceci à propos des messages non verbaux:

« Une étude américaine dit que seulement 7 % des mots sont perçus par le récepteur. Les 93 % restants sont divisés en deux. Il y a 38 % pour le langage paraverbal, c’est-à-dire le rythme de la parole, la force de sa voix, de la rapidité, le timbre… Finalement, 55 % de ce que le récepteur perçoit provient de gestes, de micro gestes, de la respiration, de l’expression faciale et de toutes les mimiques ou choses que je fais sans m’en apercevoir. »

https://fredericbelley.com/ebook/

Il est très facile de comprendre que l’écoute est la composante la plus importante en communication interpersonnelle. 

Les signes de l’écoute active

Messages non verbaux

Tout d’abord, les personnes qui écoutent vont laisser voir des signes qui sont assez simples à repérer. Même si cela ne représente pas une liste exhaustive, il est important de les reconnaître.

  1. Le sourire est sans doute le moyen le plus universel pour savoir si la personne en face de nous écoute ce que nous avons à lui dire. Combiné avec des mouvements de la tête, les sourires peuvent faire comprendre au locuteur que le message a été bien reçu et compris.
  1. Le contact avec les yeux permet aussi au locuteur de vérifier si la personne écoute. Il faut cependant faire attention pour que cela ne devienne pas trop intimidant pour le locuteur. Dans un monde idéal, cela pourrait être combiné à d’autres signes non verbaux.
  1. La posture peut en dire beaucoup sur le récepteur. Un auditeur attentif aura tendance à pencher légèrement la tête vers l’avant. D’autres signes d’écoute active du corps peuvent être perçus comme les expressions faciales et la manière de se tenir. Elles feront sentir que vous êtes disponible ici et maintenant.

Un auditeur actif

Un auditeur actif ne sera pas distrait par les choses qui l’entourent. Par conséquent, il évitera aussi de regarder sa montre ou son portable, de se jouer dans les cheveux ou de se ronger les ongles.

Il faut être conscient qu’il est parfaitement possible d’imiter les signes non verbaux de l’écoute active. Cependant, il y a un risque que le locuteur s’en aperçoive et qu’il se forge une opinion négative de vous. Dans un contexte personnel ou professionnel, les conséquences sont parfois négatives. 

  • fin d’une une relation amoureuse,
  • intérêt diminué pour le travail,
  • avancement à des postes plus intéressants et mieux rémunérés,
  • compromis,
  • etc.

Messages verbaux

Ensuite, il y a le choix des mots à utiliser pour laisser savoir au locuteur notre compréhension de ce qu’il dit. Il faut faire très attention de ne pas trop intervenir pour laisser la place au message ou appuyer sur un aspect moins important du message. 

En appuyant trop fortement sur un aspect, vous démontrez votre manque d’écoute. Dans un sondage que je suis en train d’effectuer, le manque d’écoute arrive au deuxième rang avec 23 % dans les irritants majeurs dans les relations interpersonnelles. C’est quand même un aspect important qui nuit à la communication.

Vous pouvez participer à ce sondage ici

https://docs.google.com/forms/d/1dwZBOYpJ63kVD6Tps1YkKsQWhS_6aGwYDIyU5vxpxW0/edit

Merci de votre aide dans mes recherches.

Entendre ce n’est pas écouter

On a tendance à penser que nous écoutons 100 % du message lorsque quelqu’un parle.  De plus, les recherches démontrent plutôt que c’est seulement 25 % de celui-ci qui est enregistré par notre interlocuteur. C’est l’une des principales barrières à l’écoute. C’est donc une très grande quantité d’information qui est perdue et qui aurait pu être utile.

Écouter demande des efforts et il serait utopique de penser y arriver dans toutes les situations.  Cependant, être seulement deux fois plus attentif en devenant conscient de l’autre pourrait te permettre d’améliorer plusieurs aspects de ta vie personnelle.   

Ne me crois pas sur parole. Prends juste le temps d’observer les gens autour de toi et de voir comment tu peux, en écoutant activement les autres, améliorer tes relations personnelles, ta situation professionnelle, ta productivité, etc..

En guise de conclusion

C’est l’importance et la valeur que tu accorderas à l’écoute des autres qui te permettra de mieux comprendre.  C’est un avantage indéniable sur les gens qui t’entourent. 

Les bénéfices sont immenses et les moyens pour y arriver passent par plusieurs facteurs. L’écoute est un des facteurs les plus importants. Elle est souvent négligée au profit de la parole et des gestes. Rappelez-vous que les moments de silence sont ce qu’il faut considérer comme étant l’un des éléments les plus importants.

AIDE-MÉMOIRE DE L’ÉCOUTANT

  1. Méfiez-vous des gens qui font des hum !, Ok !, Ouais !
  2. Branchez-vous sur l’autre et restez en mode écoute !
  3. Démontrez de l’empathie !
  4. Aidez la personne à identifier et à clarifier ses problèmes
  5. Intéressez-vous à ce qu’elle dit
  6. Évitez de juger les propos
  7. N’ayez pas peur des moments de silence, ils sont nécessaires
  8. Clarifiez les propos
  9. Ne donnez pas de conseils ou de solutions
  10. Reconnaissez vos limites et dites-le afin d’éviter les malaises

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: